Home
First Novels, 1957 - 1967
Cinema, 1978 - 1982
Novels, 1980 - 1995
Violent Algeria, 1990's
Novels, 1995 - present
Women in Islam
On Assia Djebar
University Studies
Biography
Bibliography

A propos de Loin de Médine, Marburg, 1994
 

Loin de Médine n'est pas la relecture des sources religieuses. Les auteurs que je cite au début, Tabari, Ibn Hicham sont des historiens, des chroniqueurs et des écrivains, avec une référence particulière à Tabari. Tabari qui a vécu deux siècles après ces événements. C'est un grand qui a un très beau style. De plus, il est épris de liberté, …

 

Quand à la fascination, ce n'est pas une fascination, c'est simplement un rappel de cette période … Je me réfère donc au thème de l'origine de l'Islam, comme lorsque dans l'Europe chrétienne, on revient toujours au thème de la passion et de la vie du Christ. Pour moi, il s'agissait de reprendre cette période et je me suis retrouvée un peu dans la situation d'un peintre de la Renaissance. Il fallait essayer de faire revivre cette période, mais à partir vécu des gens -- ceux qui ne sont pas pour l'Islam et de ceux qui sont pour l'Islam -- et de décrire les différentes couches sociales. …

 

Ce vécu islamique des premiers temps, comment l'utiliser comme matière romanesque ?  
Il est source de passion, d'admiration, de luttes, de souffrance, et c'est donc, un beau sujet de théâtre, de roman. Si on ne donne pas cet éclairage artistique et esthétique, on ne peut parler ni de religion, ni de licite. La pensée européenne, à travers la culture picturale, philosophique et littéraire, est baignée dans la sensibilité religieuse et dans la réflexion sur le sacre.

 

Loin de Médine est le premier volet d'une trilogie (suspendue)… Les éclairages de personnages de femmes changeront dans les trois volets : certaines qui sont en retrait apparaîtront, et d'autres continueront a jouer un rôle, notamment Aicha qui va avoir un grand rôle quand elle va faire la guerre a Ali. Un personnage que j'aime beaucoup est Esma, la femme aux mains tatouées, parce que sa vie va continuer mais dans des circonstances différentes. Elle va épouser Ali et elle aura un fils qui sera atrocement assassine. Pour moi, ces femmes sont vraiment, par moment, des héroïnes de Shakespeare.

 

Dans notre culture, on n'a pas de théâtre, a part chez les Chiites qui possède le théâtre de la passion de Hossein. Quand je considère tout ce qui existait à cette période-la, son caractère passionne, l'aspect absolu de certains personnages aussi bien masculins que féminins, je trouve que vraiment il existait des gens de la grandeur de Shakespeare. Le grand théâtre élisabéthain est une réflexion sur l'histoire, et pas seulement sur l'histoire de l'Angleterre, mais sur tout ce qui a contribué à forger l'identité d'une Angleterre a la recherche de sa modernité au temps d'Elisabeth.

 

L'identité de la modernité arabe doit se faire non pas selon la reprise des mythes et des grands personnages qui peuplent l'imaginaire occidental, mais il faut réinvestir son propre imaginaire avec ces femmes.

 

Assia Djebar, A propos de Loin de Médine, Marburg, 1994